La France se trouve en tête de liste des consommateurs de cannabis en Europe. Si l’on en croit le Baromètre Santé de Santé Publique France, ils ont été plus de 5 millions à en consommer en 2017. Parmi eux, 700 000 en prenaient tous les jours. Parallèlement, 44,8 % de la population française y a déjà goûté. Et les chiffres ne cessent d’augmenter d’année en année. La question qui se pose est de savoir si le cannabis est légal ? Oui et non…

Cannabis et cannabidiol : quelle différence ?

Pour mieux comprendre la législation en matière de cannabis en France, il faut faire une distinction stricte entre le cannabis et le cannabidiol. La consommation du premier est illégale et strictement encadrée. La prise du second est possible et/ou tolérée dans certains cas et la réglementation s’avère parfois un peu floue.

Cela se comprend d’ailleurs aisément. En effet, le cannabis illégal est celui qui contient du THC ou Δ-9-tétrahydrocannabinol. Cette molécule est réputée pour ses effets psychotropes et pour créer de la dépendance chez les consommateurs. Sa consommation est strictement interdite par la loi, pour diverses raisons.

Ce produit, qui est classé dans la catégorie des « stupéfiants », fait planer. Il transporte son usager dans un état de détachement et d’euphorie. Mais les autres effets secondaires sont redoutables. Il faut notamment citer les yeux rouges et pratiquement éclatés, sans oublier les émotions négatives qui peuvent même mener à la paranoïa. La situation est très différente pour le CBD ou cannabidiol.

Le CBD ou cannabidiol

À l’instar du THC, le CBD figure parmi les nombreuses composantes du cannabis. À la différence du premier, il n’est pas psychoactif et ne cause pas d’addiction. Par ailleurs, il est associé à de nombreux effets bénéfiques sur la santé et le mental.

De nombreuses recherches en cours mettent en avant ses effets dans de nombreuses situations. Le CBD serait notamment efficace pour lutter contre les douleurs et les inflammations. Par ailleurs, il apporterait de réels apaisements aux personnes souffrant d’épilepsie ou de cancer. À cela s’ajoutent ses effets bénéfiques sur la dépression ou l’anxiété. De multiples études sont toujours en cours pour confirmer ses nombreuses vertus.

Que dit la loi sur le cannabis et sur le CBD ?

Le cannabis reste donc un stupéfiant. La législation française interdit strictement d’en produire, d’en posséder, d’en acheter, d’en vendre et d’en utiliser. Différents degrés de sanctions sont prévus en fonction de la gravité de l’acte.

En ce qui concerne le CBD, la situation est positive, mais demeure assez floue. En effet, il existe une dérogation sur les produits à base de cannabidiol. La réglementation autorise l’utilisation du chanvre à des fins industrielles et commerciales, mais dans le respect de contraintes strictes. D’abord, certaines variétés de cannabis seulement peuvent être exploitées dans ce cadre. Par ailleurs, le taux de THC de cette plante ne doit pas excéder 2 %. Enfin, les seules parties qui peuvent être utilisées sont les fibres et les graines.

Quoi qu’il en soit, le gouvernement ne s’est pas « encore » clairement prononcé sur le sujet du CBD. Le Ministère de la Santé joue la carte de la prudence. Pour sa part, l’Agence Nationale du Médicament émet des réserves.

En attendant que la législation ne plus plus précise, la commercialisation, l’achat et la consommation de certains produits à base de CBD reste admise. Les liquides pour cigarettes électroniques sont déjà très populaires auprès des vapoteurs. Mais on retrouve également d’autres présentations comme l’huile de CBD, les gélules, sans oublier les cosmétiques.

L’ambition de bon nombre de fervents défenseurs du CBD serait que le CBD puisse un jour être admis comme étant un « médicament ». De cette manière, les utilisateurs potentiels pourraient obtenir une information complète sur le produit tout en ayant la possibilité d’y faire appel dans les meilleures conditions.

Fans d'échantillons gratuits

et de bons plans ?

Je veux recevoir les derniers échantillons par email :

Et suivez-nous sur les réseaux sociaux :

MERCI

de nous suivre